4- Qalame (roman)

couvert. Qalame 1

Quelques extraits sur la page de l’éditeur (Google aperçu) : Qalame

 

« J’ai attendu que tout le monde dorme. J’ai glissé mon  pied entre leurs nattes ; passé la porte, je suis allé le retirer de sa cachette. Derrière la planche il était là, il m’attendait. Je l’ai tenu serré contre moi, et sous le carré d’étoiles qui refermait la cour j’ai pris ma décision. Puisque c’était comme ça je ne verrai plus jamais Aziz, je ne veux plus qu’on me parle d’école, je ne veux plus voir personne, je vais montrer au marabout que je suis capable de me passer de son aide. »

Gardien de chèvres, écolier, apprenti-artisan, Abdelhaïd Tallif, enfant de l’Atlas puis de Marrakech, va faire à sa manière l’apprentissage des signes de l’écriture et de ce qu’ils révèlent. D’abord sur le visage des vieux, dans le grain de leurs voix, puis dans le galbe des femmes, Abdelhaïd découvrira combien ces signes lui sont nécessaires pour grandir. Bien plus que le secret du village dont il a hérité. Car un tel secret peut-il lui permettre de s’émanciper de la tradition orale quand les signes de l’écriture, ceux-là même que trace le vieux calligraphe Ibrahim avec son calame, sont tout entier contenus dans la chair ?

Qalame est le roman d’apprentissage d’un enfant immergé dans le monde des signes.

© L’Harmattan 1997

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s